Éditions de l'Apprentissage

Boyer, C. (2018)a. Petite chronique cubaine (première partie). Photos : Bellemare, Daniel. Huffingtonpost, 4 avril.


« ... Les réservations internet sont parfois de véritables boîtes de Pandore.

On attend notre taxi à l'aéroport José Marti depuis plus d'une heure comme deux belles nouilles. Avec la réservation garantie de notre condo, deux chambres, deuxième étage, vue sur la ville, terrasse privée, nous avons retenu également notre taxi sur le même site. Le trajet de l'aéroport Jose Marti à notre condo à Centro Habana nous coûte 30 $ CUC (monnaie nationale touristique cubaine d'un système monétaire schizophrénique équivalent plus ou moins à 30 $ dollars américains). Nous sommes certains, que dis-je, avons une certitude d'inspiration papale, d'avoir fait le choix éclairé avant de réaliser que tous les autres passagers de notre vol se sont volatilisés depuis belle lurette, nous laissant à notre état de pâte molle en devenir ... »

Boyer, C. (2018)b. Petite chronique cubaine (deuxième partie). Photos : Bellemare, Daniel. Huffingtonpost, 5 avril.


« ... Un peu partout dans le sud de la planète, on retrouve le tricycle taxi, carburant à l'énergie humaine. Les opérateurs décharnés aux allures anémiques sollicitent les clients potentiels aux inclinaisons coloniales au coin des rues ou en pédalant mollement. Le vol du tricycle serait un drame important pour le propriétaire.

Wilmert, gardien d'un stationnement de tricycles taxis dans Centro Havana, se voit rémunérer mensuellement d'un gros 225 pesos cubains (monnaie cubaine pour les Cubains servant à confondre le touriste béat) ce qui correspond à environ 9$ CUC (monnaie touristique indispensable à la confusion des touristes). Avec un tel salaire, malgré l'aide mensuelle gouvernementale pour certains aliments de base, l'objectif de survivre le mois suivant est ardu, même pour un célibataire anorexique. Wilmert échappe à l'indigence extrême et à l'anorexie avec les pourboires qu'il reçoit des propriétaires de tricycles qui, eux, en reçoivent des touristes qu'ils baladent. ... »

Autres écrits qui ne sont pas en lien...