Anges de Racine

Critiques de certains écrits du monde scolaire

Écrits universitaires, documents du ministère de l'Éducation et textes publiés par d'autres entités de l'univers scolaire

Section en développement


Quo vadis domine ? Nescio...

Boyer, C. (2023). Former des Émilie et Émile Bordeleau ? Pourquoi pas ? Le Devoir, 7 avril.

Ce texte est une réplique au texte de Pierre Chastenay et Henri Boudreault, respectivement directeur de programmes et vice-doyen en éducation, tous les deux oeuvrant à l'UQAM. Leur texte intitulé dramatiquement « Le retour d'Émilie Bordeleau dans nos écoles ? » a été publié le 5 avril 2023 au journal Le Devoir. La lecture préalable de leur texte permet de mieux saisir les arguments de Christian Boyer dans sa réplique deux jours plus tard.

Comme on le sait, la TÉLUQ a répondu à la demande du ministre de l’Éducation de proposer une formation qualifiante courte pour plus de 4800 enseignants non légalement qualifiés, mais dont un peu plus de 70 % posséderaient tout de même un baccalauréat ou une maîtrise. Malgré cette flexibilité à l’engagement, des centaines de postes ne seraient tout de même pas pourvus. Nous sommes donc devant une situation grave et socialement catastrophique que les facultés (et départements) d’éducation ne semblent pas avoir prévue et à laquelle elles répondent sans vigueur évidente.

L’annonce de ce programme a suscité des réactions d’indignation de plusieurs membres du gotha des facultés en éducation des universités. Pourquoi ? Essentiellement, ils défendent l’idée qu’une formation en enseignement plus longue et plus « complète » serait de meilleure qualité et plus efficace. Ah oui ? Sur quoi se basent-ils pour affirmer cela ? La longue formation de quatre ans adoptée il y a plusieurs années a-t-elle entraîné une amélioration des habiletés du personnel enseignant et du rendement des élèves ? Il ne semble pas que ce sujet ait suscité un vif intérêt dans le corps professoral universitaire et, au final, on ne le sait pas, quoique des données périphériques indiquent des problèmes de fond et sans doute une certaine médiocrité, qui aurait dû depuis longtemps justifier un branle-bas de combat au sein des facultés. Ce ne fut pas le cas.

Comment expliquer la léthargie indécente du sérail universitaire devant le taux d’abandon (qui serait

de 25 % à 50 %) des étudiantes et étudiants dans certaines régions avant la fin de la formation ? Encore une fois, ce sujet n’entraîne aucune effervescence, et les facultés ne colligent toujours pas les données pour qu’elles soient publiquement accessibles et compréhensibles. Comment expliquer que le personnel enseignant dans certaines régions abandonne massivement la profession (jusqu’à 50 %) dans les cinq premières années ? Est-ce que cela pourrait être en lien avec la place qu’occupe honteusement encore en 2023 l’enseignement de mythes et légendes pédagogiques dans les facultés d’éducation comme si ceux-ci étaient des connaissances véritables ?

Au minimum, avec les éléments précédents, on peut remettre en question l’efficacité des facultés d’éducation, s’inquiéter de l’apathie de ces dernières face aux faibles résultats qu’elles obtiennent et de la nonchalance devant leur responsabilité sociétale [...]

Apprentissage - Pédagogie, recherche, matériel, critique du monde scolaire

Boyer, C., Morneau-Guérin, F. (2023). Les œillères d'un discours constructiviste — Les errances de Allaire et ses collègues (2022a) dans leur réplique au texte de Boyer et Bissonnette (2021) portant sur l'enseignement à distance et les écoles virtuelles. Éditions de l'Apprentissage, Collection Des points sur les i et des barres sur les t.


... NOUVELLE ÉDITION...


Après la première année de la Pandémie, Boyer et Bissonnette (2021) concluent « [qu'] à la lumière des études et des résultats disponibles, il s'avère inapproprié de recommander une transformation profonde de l'école actuelle au profit d'une école virtuelle offrant uniquement un enseignement à distance ». Cette conclusion est similaire à celle d'autres auteurs et chercheurs.


Stéphane Allaire, Marie-Pier Forest, Nancy Granger, Mélanie Tremblay, Nicole Monney, Patrick Charland et Patrick Giroux (2022a) ont critiqué le texte de Christian Boyer et Steve Bissonnette (2021).


Le présent texte est une réponse explicite et détaillée aux critiques de Allaire et ses collaborateurs. Nous en profitons pour nommer l'innommable dans le monde scolaire que constitue l'hégémonie quasi totale d'un courant pédagogique : le constructivisme et ses dérivés. Ce courant, associé depuis quelques années au postmodernisme, est sous-jacent à toutes les critiques de Allaire et ses collègues. Ce courant est également à la base de l'aversion du système scolaire, des facultés de l'éducation et du ministère de l'Éducation du Québec à l'usage des données probantes, aux évaluations objectives, à la rigueur et au suivi systématique des effets des actions et des politiques.


Boyer et Morneau-Guérin, dans le présent texte, répondent explicitement et d'une manière limpide aux nombreuses assertions erronées de Allaire et ses collègues (2022a).


Il va sans dire que Boyer et Morneau-Guérin ne souhaitent pas réduire Allaire et son équipe au silence. Bien au contraire, ils les appellent même de tous leurs vœux à s'expliquer plus avant.

Boyer, C.,  Bissonnette, S. (2021). La faiblesse des facultés d'éducation. Journal de Montréal, 19 avril.


« ... Dans les facultés d’éducation, un fort contingent de professeurs dévalorise les données probantes et la recherche scientifique, et ce, depuis presque toujours. Ils le font en adoptant des doctrines comme le constructivisme et le postmodernisme, ce qui les conduit à adhérer aux idées énoncées plus haut ... »

Boyer, C., Baillargeon, N., St-Amand, J., Santarossa, D., St-Pierre, M. (2021).  Pour la création d’Instituts nationaux de formation du personnel enseignant. L'Action nationale, 25 juin.


Il y a une douzaine d'années, un rapport déposé au ministère de l'Éducation proposait la création d'Instituts universitaires voués à la formation du personnel enseignant en adaptation scolaire. Ces instituts auraient été déployés sur tout le territoire québécois et auraient relevé de commissions scolaires, plutôt que des universités.


Secret de polichinelle, les universités ont réservé un accueil plutôt froid à ce projet, peut-être parce qu'il pouvait les priver d'une clientèle captive et peu coûteuse — il faut savoir que le mercantilisme est hélas désormais confortablement installé à demeure à l'université. Nombre de doyens et professeurs d'université ne sautèrent pas de joie devant l'idée de tels instituts, ce projet étant en soi une critique sévère de la qualité et de la pertinence de la formation offerte en adaptation scolaire dans les facultés d'éducation. Le rapport semble avoir été enterré dans le tumulte de la grève étudiante de 2012 et l'aversion générale du monde universitaire. Rien là d'étonnant : les poulets ne se portant que rarement volontaires pour aller à l'abattoir.